Coupe Cremieux – SO Caillols, la récompense d'une génération dorée

Face au FC Marignane Gignac, le SO Caillols s'est imposé aux tirs au but (1-1 4 tàb à 3) en jouant une grande partie de la rencontre à 10. Un juste récompense pour Raffikh Nabouhani et ses joueurs qui couraient derrière un trophée depuis plusieurs saisons.

Raffikh, comment s'est déroulée la rencontre ?

On a mal démarré, on a été pris à défaut sur plusieurs situations. Il y avait un peu de stress, je pense qu'on était attendu. Au quart d'heure de jeu, on a réussi à se reprendre et on marque sur un coup franc. Malheureusement, on prend un carton rouge par notre attaquant. Ça nous fait mal car c'est le joueur qui a été décisif lors des matchs précédents. Je trouve que le rouge est sévère mais il fallait vite se remobiliser car cette expulsion n'était pas un prétexte pour accepter une défaite. On arrive à tenir, on à se procurer des occasions. On touche la barre et on arrive à rentrer à la pause avec l'avantage.

Que se passe-t-il dans le vestiaire ? A dix, modifiez-vous votre tactique ?

On a changé le plan de jeu. On les a attendu pour ensuite presser leurs centraux dans notre moitié de terrain. Les joueurs ont été énormes. On prend un but parce qu'on a craqué mais on a su se reprendre pour marquer le deuxième but, à dix. Mais on prend le but de l'égalisation dans la minute qui suit. C'est là qu'on a été énorme mentalement. On est resté concerné jusqu'à la dernière minute.

Puis vient la séance des tirs au but où votre gardien est un spécialiste…

On a cette baraka sur les tirs au but. Mon gardien avait déjà fait un très gros match, celui de Gignac aussi. Notre gardien sort un penalty, et c'est celui qui fait la différence. Derrière, on en marque 4 sur 5.

"Les joueurs ont fourni de gros efforts tout au long de la saison"

C'est une belle récompense pour ce groupe ?

Depuis le début de saison, je trouve qu'on n'est pas gâté par les décisions, que ce soit sur le plan arbitral ou administratif. Quand on gagne à gagner à dix contre onze pendant 60 minutes, qu'on arrive à reprendre l'avantage, c'est fort. Je pense que la victoire est méritée. Les joueurs ont fourni de gros efforts tout au long de la saison. On a eu un parcours très difficile en coupe, il a fallu sortir 3 équipes de DH à l'extérieur. On avait perdu il y a 3 ans en coupe Crouzet et ça aurait été très frustrant de ne pas gagner cette compétition cette année.


L'avenir de cette génération est radieux ?

Je l'espère. Aux Caillols, on dit qu'on garde nos joueurs sauf que ce sont les parents qui décident. On n'est pas en ligue et sur Marseille, il n'y a que les Caillols qui peuvent avoir un projet comme nous avons. On est dans le perfectionnement, l'évolution. On fait beaucoup de choses sur le plan éducatif, sportif et social. Nous avons la fierté que deux de nos joueurs de la génération 2002 partent à l'OM. Ce sont les seuls, ça veut dire beaucoup. Certains petits partiront, d'autres resteront, mais ils feront le bonheur de pas mal d'entraineurs.